Socialisme République Sénégal

Le Temps de la République

Qu'ils aillent tous en prison ! (Par Mody Niang)

Oui, qu’ils aillent en prison! Qu’ils y aillent tous et y croupissent au besoin, si la preuve est formellement établie qu’ils ont dilapidé nos maigres ressources nationales! Nos prisons sont pleines à craquer d’hommes et de femmes qui y ont été envoyés pour des larcins, comparés aux crimes odieux, insoutenables – jusqu’à preuve du contraire – perpétrés par les anciens dignitaires du régime des Wade. En tout cas, au fur et à mesure que l’Inspection générale d’Etat, la Cour des comptes, l’Agence de Régulation des Marchés publics (Armp) publient leurs rapports, nous découvrons – nombre d’entre nous le savaient déjà d’ailleurs –, que des compatriotes, à qui l’Etat avait tout donné (salaires et diverses indemnités substantiels, logement dans des villas somptueuses, véhicules de fonction rutilants, carburant en milliers de litres, crédits de téléphone pratiquement illimités, etc), ont passé le plus clair de leur temps à détourner sans état d’âme nos maigres deniers publics, et à les planquer dans des paradis fiscaux ou dans des coffres-forts soigneusement enfouis chez eux.

COMPRENDRE LA STRUCTURE DES PRIX AU SENEGAL

tableau prixLes libéraux devraient avoir honte d'oser manifester pour réclamer la baisse des prix des denrées de 1ère nécessité qu'ils n'ont eu de cesse d'augmenter sous leur magistère comme le démontre le tableau annexé établi à partir des chiffres officiels de l'administration sénégalaise.

Depuis des années, l'Etat, par une politique libéraliste aux antipodes de nos valeurs de socialisme à l'africaine et en dépit des contraintes inhérentes aux Nations jeunes à bâtir, n'a eu de cesse de laisser le libre jeu de la concurrence s'imposer en matière de fixation des prix plus souvent sous le diktat des institutions de Bretton Woods....

Depuis la parution de la loi 94-63 du 22 août 1994, les prix sont libres et leur niveau est déterminé par le jeu de la concurrence. Toutefois, pour certains produits et services et dans des circonstances précises l’autorité administrative peut fixer le prix de façon autoritaire ou par homologation. 

C’est le cas :
-          lorsque la concurrence par les prix est faussée en raison de situation de monopôle ou de concentration du marché ;
-          lorsque la politique de santé, d’hygiène ou de protection de l’environnement commerciale commande la fixation d’un prix plafond à la consommation ;

 

Contribution : Affaire karim Wade, paradis fiscaux,sociétés écrans et actionnariat des sociétés

paradis fiscauxJe viens de terminer le document de 42 pages que Monsieur Karim Wade a remis au procureur spécial de la Cour de répression de l'enrichissement illicite (Crei). Ce document tente de répondre aux accusations d’enrichissement illicite portées contre lui, mais rien de ce que j’ai lu ne disculpe Karim Wade. La démarche de ce dernier est trop simpliste. En guise de pièces justificatives et de preuves, il fournit a des dossiers d’immatriculation de chaque entreprise, dont il est accusé d’être le propriétaire, avec la liste des actionnaires. Bien sûr, son nom ne figure nulle part sur ces listes. La question que l’on est tenté de se poser est la suivante : peut-on être actionnaire sans pour autant être listé dans le document nominatif des actionnaires ?

Du statut pénal des anciens Ministres et des contrevérités distillées par Wade et ses partisans ?

karim Wade sera jugé par la CREI. Et ce sera tout à fait normal.
Au temps des auditions des enquêtes préliminaires, argentsalereseauxMadické Niang, Souleymane Ndéné Ndiaye, Ousmane Ngom menacaient de ne pas déférer à la convocation d'un juge "ordinaire" au motif qu'ils ne sont justiciables que devant la Haute Cour de Justice. Ils tendent également à faire croire que la cour de répression de l'enrichissement illicite est liberticide et viole les droits de l'homme. Ont-ils raison ? La réponse est négative et ce genre d'affirmation fait partie du tissu de contrevérités diffusé à longueur de semaine dans les médias par des individus qui semblent apeurés. Pourquoi ? Un petit rappel des textes s'impose.
 

Abdoulaye Wade et ses anciens Ministres valent-ils mieux que Nicolas Sarkozy ?

sarko afriqueNicolas Sarkozy vient d'être mis en examen en France par un juge indépendant et courageux pour abus de faiblesse envers une vieille milliardaire dénommée Lilianne Betancourt. Signalons qu'il n'est même pas poursuivi pour crime économique pour avoir détourné des milliards du contribuable français. Si la procédure suit son cours, l'ancien Président et Ministre français risque d'être justiciable devant le Tribunal correctionnel de Paris pour des délits de droit commun commis du temps où il était Ministre et/ou Président.

Video : Comment les bandits à col blancs utilisent les paradis fiscaux pour cacher les deniers publics volés dans les pays pauvres

argentsalereseauxIl est important pour toute personne s'intéressant à la traque et au recouvrement des biens mal acquis de regarder le reportage qui suit. Il s'agit d'un documentaire réalisé en 2008 qui permet de comprendre les mécanismes sophistiqués mais non infaillibles utilisés par les criminels économiques et les fossoyeurs des pays développés comme sous-développés.

Karim Wade a t-il utilisé les mêmes méthodes ? Sans aucun doute oui, lui que son père présente comme un As de la finance.

Mais il n'est pas nécessaire d'être un génie de la finance internationale pour créer une société off-shore dans des paradis fiscaux réputés où, à l'aide de cabinets d'avocats dont c'est le travail, la mise sur pieds d'une société écran prend tout au plus 48 H et quelques milliers de dollars.

Oui nous pouvons affirmer sans risque de nous tromper que Karim Wade, son père et certainement des amis à lui et d'autres membres du clan des Wade ont usé de ces artifices connus que sont les prête-noms et des sociétés écrans pour faire main basse sur les principaux outils de production ou génératrice de ressources du Sénégal (Port, Aéroport, ICS, SUNEOR, Mines, ressources halieutiques...).

A propos du patrimoine immobilier de la famille Wade et compagnies - Qui habite la zone de la Foire?

 

Les immeubles de la Foire - Manhattan à Dakar
Les immeubles de la Foire - Manhattan à Dakar

Après Farba Senghor, voilà Serigne Mbacké Ndiaye. Serigne Mbacké Ndiaye est-il le nouveau fou du Roi lui qui essaie de "causer" et de justifier de manière on ne peut plus maladroite l'achat par Wade d'un terrain de près de 2 milliards avec les fameux fonds politiques. Mais les fonds politiques appartiennent t-ils à Wade ? Bien sûr que non. Mettre à disposition des fonds politiques d'un Président ne signifie pas que ce dernier doit en faire un usage personnel.

 

Par ailleurs les dits fonds politiques votés par l'assemblé nationale (600 millions) n'ont aucune commune mesure avec le montant décaissé en liquide par le Président pour l'achat du terrain (près de 2 milliards de fcfa).

La rocambolesque histoire d'acquisition d'immeubles entre Cheikh Amar (TSE) et l'ARTP !

- Wade disait qu'il avait créée des milliardaires ! Combien de pauvres a t-il créé parallèlement ? -
speculation immoComment l'ARTP, qui n'a pas pour objet quand même de financer la construction de logements ou d'immeubles (rôle plutôt dévolu à des officines étatiques telles que la SICAP ou à l'OPHLM) peut avancer des milliards pour soi-disant acheter deux immeubles qui n'étaient même pas encore sur plan ? Les dits immeubles devant être construits par des entreprises appartenant à Cheikh Amar sur des terrains situés à Ouakam Aéroport mis à disposition de ce dernier par l'Etat (Wade).

Cette opération d'avance de sommes d'argent s'apparente simplement à un financement de construction d'immeubles comme l'aurait fait un promoteur immobilier quelconque alors que si l'ARTP avait placé cet argent durant le temps de la construction des immeubles, elle en aurait sans doute tiré des millions en intérêts.

Sénégal - De la future Cour de répression des crimes économiques et financiers - Qui se sent morveux se mouche !

Le Clan Wade

Qui a peur de la Cour de répression des crimes économiques et financiers ?
Suivant en cela la forte demande du peuple sénégalais qui l'a porté à la magistrature suprême et respectant également ce qui était une promesse de campagne, le Président Macky Sall a décidé de réactiver la Cour de répression de l'enrichissement illicite en proposant de la transformer en Cour de répression des crimes économiques et financiers. Les objectifs poursuivis devant être à notre avis sensiblement les mêmes malgré l'adaptation de ce nouvel instrument de répression des détournements de deniers publics et des enrichis illicites nécessitée par les nouvelles formes de délinquance à col blanc et les évolutions du droit national et international).

Les crimes économiques à auditer

facebook

 

Suivez le Mouvement !

Lire ou Relire !

Et vas y pour le partage !Le président du Conseil de surveillance de l’Anoci voit sa distinction par le Forum...
Selon le journal l'observateur de Dakar du 11 mai 2007 il y a de fortes chances que les élections législatives...
Les relations entre le Sénégal et le Maroc d’une exceptionnelle qualité et d’une grande exemplarité transcendent les intérêts factuels des...

sénégal - Google Actualités

TWITTER

Newsletter

Inscrivez vous à nos actualités !
Vous recevrez un mail de confirmation

Réseaux sociaux

KA Facebook Fanbox 1.1
KA Facebook Fanbox 1.1

Nous analysons en direct l'actualité sur Facebook !