Socialisme République Sénégal

Le Temps de la République

Contribution : Affaire karim Wade, paradis fiscaux,sociétés écrans et actionnariat des sociétés

paradis fiscauxJe viens de terminer le document de 42 pages que Monsieur Karim Wade a remis au procureur spécial de la Cour de répression de l'enrichissement illicite (Crei). Ce document tente de répondre aux accusations d’enrichissement illicite portées contre lui, mais rien de ce que j’ai lu ne disculpe Karim Wade. La démarche de ce dernier est trop simpliste. En guise de pièces justificatives et de preuves, il fournit a des dossiers d’immatriculation de chaque entreprise, dont il est accusé d’être le propriétaire, avec la liste des actionnaires. Bien sûr, son nom ne figure nulle part sur ces listes. La question que l’on est tenté de se poser est la suivante : peut-on être actionnaire sans pour autant être listé dans le document nominatif des actionnaires ?

Argent des dictateurs, corruption et néolibéralisme (Gustave Massiah ) (2)

Ben Ali, le Dictateur déchu

L’argent des dictateurs ne leur est pas venu du ciel ; il a été extorqué ! Les campagnes sur les biens mal acquis ont permis de le mettre en évidence et de le démontrer dans l’espace public[1]. Elles ont confirmé toutes les approches qui relient l’argent des dictateurs et les systèmes de corruption. Comme on peut le voir avec les rétrocommissions, elles montrent que la distinction entre corrompus et corrupteurs est le plus souvent factice[2].

De la récupération des biens mal acquis et de la sanction de l'enrichissement illicite : la piste de la sanction fiscale

argentsalereseaux"I don't want no peace - I need equal rights and justice" – Peter Tosh (Je ne demande pas la paix. Je veux l'égalité des droits et la justice)

Les sénégalais peuvent voir, comme l'a déclaré Wade lui-même, que des milliardaires ont été créées, souvent sur des soubassements économiques flous, durant les deux mandats du président sortant.

Ces phénomènes d'enrichissement subits et éhontés heurtent la conscience collective des sénégalais qui ont vu leur pouvoir d'achat s'éroder d'année en année durant le règne de Wade et donnent un sentiment d'impunité et d'injustice nuisible à la paix sociale.

IMAM MBAYE NIANG SUR LES TERRAINS DE L'AEROPORT : "IL Y A UN DEAL ENTRE L'ETAT, L'ANOCI ET MBACKIYOU FAYE"

ImageL'Imam Mbaye Niang, qui maîtrise les questions aéroportuaires, est celui qui a soulevé le lièvre dans l'affaire dite des terrains bradés de l’aéroport Léopold Sédar Senghor. Le député qui dit détenir les preuves de l'illégalité de cette transaction, affirme qu’il y a un deal entre l'Etat, l'Anoci et le sieur Mbackiyou Faye. En effet, l'Etat avait demandé ce terrain aux autorités aéroportuaires au nom de l'Anoci pour la construction de villas dans le cadre du sommet. Mais voilà que la cité présidentielle n'a jamais vu le jour et le terrain s’est retrouvé entre les mains d'un privé qui dit l'avoir acquis en contrepartie de la construction de la Statue de la Renaissance. Gravissime, selon Imam Mbaye Niang.

Lonase - Chronique d’un pillage organisé, de Abdou Latif Coulibaly

ImageUn nouvel ouvrage pour le journaliste-écrivain, Abdou Latif Coulibaly. Dans le domaine qu’il adore le plus, le journalisme d’investigation, le grand reporter du journal Sud Quotidien, par ailleurs directeur de l’Institut supérieur des sciences de l’information et de la communication (Issic), s’est penché cette fois-ci sur une société nationale : la Loterie nationale sénégalaise (Lonase). Avec minutie, il passe au crible la gestion de cette boîte depuis le retour à la tête de la direction de Baïla Alioune Wane. Avec forces arguments et documents à l’appui, Abdou Latif Coulibaly dénonce des faits de corruptions graves et avérés. De quoi être scandalisé dans un pays où on est prêt à emboucher la trompette d’autoglorification de la bonne gouvernance. Fait cocasse, c’est sous une forme épistolaire adressée au président de la Commission nationale de lutte contre la corruption que cet ouvrage a été rédigé. Une structure qui ne peut s’autosaisir, mais qui vient de l’être publiquement par un citoyen.

Main basse sur le Sénégal

Image
Wade la boulimie
NDLR : Souleymane Jules Diop s'adresse à Wade dans sa chronique du jour intitulé : "A mon seigneur et ami ". (Le titre de substitution est de la Rédaction du site car les faits rapportés par M. Diop ne font que confirmer l'existence d'un système de pillage généralisé des ressources nationales par le clan Wade.

"Monsieur le Président,
Il est arrivé rarement, ces 7 dernières années, qu’une mesure rende pareil bonheur à vos sujets. Vous avez « décidé » de baisser le prix du riz de « 10% ». J’ai, dois-je avouer, cédé au lyrisme ambiant qui l’a accompagné. Je me suis dit que pour une fois, le souverain remplit sa fonction, son cœur bat au même rythme que celui de son peuple. Un grand moment d’exaltation, alors qu’une grogne sourde et une vague de scepticisme s’emparent du pays, portées par les professionnels du dénigrement. Je ne vous aurais pas dérangé de votre sommeil, croyez-moi, si ce n’était pour vous féliciter de cette opération de secours en Sénégal land. Vous avez, encore une fois, avec le génie qui vous est propre, enlevé un discours de campagne à votre opposition malveillante.

Enquête sur Omar Bongo et Denis Sassou N'Guesso

Image
bongo nguesso
Deux chefs d'État africains le Gabonais Omar Bongo et le Congolais Denis Sassou N'Guesso sont soupçonnés de « recel ». 
 

C'est une première. Le parquet de Paris a décidé d'ouvrir lundi 18 juin 2007 une enquête préliminaire contre deux chefs d'État, piliers historiques de la relation Afrique-France. Omar Bongo (Gabon) et Denis Sassou N'Guesso (Congo) sont tous deux soupçonnés de faits de « recel de détournements de biens publics ». Ils posséderaient en France des biens importants dont ils ne sauraient justifier la propriété.
 

La décision d'ouvrir une enquête préliminaire a été prise par le parquet de Paris, après examen d'une plainte déposée en mars. Cette décision a d'ailleurs suscité un certain étonnement, y compris auprès des initiateurs du dépôt de la plainte.
 

Wade, Ch. Tidiane Sy et les réseaux de la Francafrique

arton433.jpg (NDLR) La Françafrique est le terme qui désigne les relations particulières entre la France et ses anciennes colonies africaines. C’est aussi le titre résumé du livre de François-Xavier Verschave « Françafrique, le plus long scandale de la république ».

Selon l’auteur, la Françafrique se caractérise par de nombreux réseaux d'influence politico, militaro maffieuses, aux motivations variées. Le maintien du système françafricain permettrait à certaines entreprises de continuer à assurer une domination économique en Afrique francophone avec la complicité de dirigeants corrompus, assoiffés d’argent et de pouvoir.

C'est troublant de voir comment l'histoire peut être ravivée par le présent. Au moment où l'actualité nous rappele par la plume d'un journaliste de l'Express que Wade est un corrupteur et que son fils est la clé de voûte des marchés de gré à gré truqués accordés au mieux offrant, des extraits des sites de l'association survie fondée par F. X. Verschave et de Billets d'Afrique nous renseignent sur le fait que Wade ainsi qu'un membre de son gouvernement, Cheikh Tidiane Sy, père de Almamy Sy lui même conseiller du président Wade et mouillé dans des histoires de pots de vins relatifs au marché des cartes électorales, trempaient depuis longtemps dans la francafrique et dans les réseaux mafieux.

Ainsi on y apprend que Wade et Tidiane Sy ont été tous deux conseillers de Mobutu le grand dictateur décédé et que si Wade n'a pas attaqué en justice Almamy Wane, l'écrivain sénégalais auteur du pamphlet "Le Sénégal entre deux naufrages : le djola et l'alternance" c'est par peur de voir dévoilées au grand jour les relations qu'il entretient avec le réseau mafieux de la francafrique. (fin des commentaires) - Extraits de "Survie"

Lire ou Relire !

Beaucoup de Sénégalais semblent convaincus que la Coalition Sopi 2007 et son candidat, vont orchestrer des fraudes à grande échelle,...
Les personnes qui ont un minimum de familiarité avec la vie politique de notre pays n’auront aucune difficulté à s’accorder...
Le fardeau WadeAu 31 décembre 2010, la dette publique du Sénégal se chiffre à 2 190,1 Milliards de FCFA. Dans...

Articles similaires

TWITTER

Newsletter

Inscrivez vous à nos actualités !
Vous recevrez un mail de confirmation

Réseaux sociaux

KA Facebook Fanbox 1.1

Nous analysons en direct l'actualité sur Facebook !