Socialisme République Sénégal

Le Temps de la République

Déclaration des Droits de l'Homme et du citoyen sénégalais" de SOCIALISME ET REPUBLIQUE - Version 2012

marchefss1Chers concitoyens vivant au Sénégal ou dans la Diaspora, hôtes étrangers qui vivez au Sénégal, observateurs étrangers.
Les principes énumérés dans ce document que nous souhaitons porter à votre connaissance sont inspirés de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948 de l’ONU. Cette déclaration solennelle vise à attirer l’attention de l’opinion publique nationale et Internationale sur le danger que renferme le régime de Me Wade pour le Sénégal et au-delà pour toute la sous région.

Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde,

Considérant que ces droits sont universels et s'appliquent à tous sans distinctions confessionnelle, idéologique, ethnique, raciale ou sexuelle,

photos manif_26_04_8_dkr 017

Considérant qu'il est fondamental de promouvoir la paix et l’amitié entre les différentes composantes de la nation sénégalaise,

Considérant que l'avènement d’un espace de jouissance des libertés d’expression, de pensée, d'opinion de religion, de presse doit profiter à tous et non à quelques privilégiés,

Considérant que l'instrumentalisation de la justice par le Président méprise et bafoue en permanence les droits de l’homme par l’application d’intimidations et d’arrestations ou d’emprisonnements arbitraires et d’autres actes répréhensibles au regard des droits humains,

Considérant que le gouvernement de Me Wade a isolé notre nation, entaché le lustre de notre diplomatie et altéré nos relations avec la communauté internationale,


Considérant que le gouvernement de Me Wade a échoué dans la gestion économique du pays,

Considérant que le peuple sénégalais n’a ni emploi décent, ni logement, ni couverture médicale alors que les pires maladies ont fait leur réapparition sous le régime libéral,

Considérant que le régime de Wade n’a profité qu’à des médiocres et des valets laissant en rade des milliers de citoyens désespérés qui ne trouvent le salut que dans l’exode ou l’émigration désordonnée,

Considérant que le gouvernement de l’alternance a rendu impossible à un sénégalais de gagner sa vie décemment, ou même de survivre sans avoir recours à des subsides ou à la mendicité,

Considérant que le peuple sénégalais a suffisamment supporté cette intolérance et cette brutalité, qu’il a suffisamment patienté pour des changements, alors que la représentation populaire a été dévoyée par le fait du Prince et que d’autres forfaitures anti-constitutionnelles et anti populaires se profilent à l’horizon,

Considérant que l’autorité des pouvoirs publics est fondée sur la volonté du peuple,

Considérant qu’aucun individu ou groupe d’individus n’est habilité à imposer son autorité à ses semblables, et que les membres de l’Assemblée Nationale tirent leur légitimité de leurs mandats électoraux,

Considérant que 12 ans de mal gouvernance et de gabegie suffisent et que le gouvernement de l’alternance a failli à sa mission et à ses promesses,

Considérant que les événements et malheurs s’enchaînent dans une spirale infernale, contre toute logique humaine, historique, économique, scientifique, et que la situation du Sénégal atteint des sommets dans l’incompétence, la mal gouvernance, l’entrave aux libertés fondamentales, le pillage des ressources, la faillite économique, la cherté de la vie et la pénurie des éléments vitaux (riz, eau, électricité, carburant, gaz, sucre, huile, etc),

Considérant que l’oligarchie mise en place par Wade se prend pour une aristocratie non basée sur la vertu ou le mérite mais sur l’incompétence et la soif de richesse.

Considérant que tous ces membres de loges plus ou moins mafieuses [1]se disent tous être libéraux, républicains ou démocrates, alors que depuis toujours ils ont ordonné les différents soulèvements de la rue au Sénégal du temps où ils étaient dans l’opposition et le meurtre ou la tentative de meurtre sur des citoyens (Me Seye, Talla Sylla, agressions de journalistes et autres citoyens...).

Considérant qu’avec la politique de Wade, on est arrivé à tous les excès, à l’abolition de tous les droits et de tous les devoirs, au despotisme oligarchique, à la tyrannie des clans et des factions au sein et en dehors du parti Etat qu’est le PDS.

Considérant que, cette situation n’est pas née spontanément, mais qu’elle participe d’une volonté concertée et préparée de longue date par un gang de criminels dans lequel sont cités le Président Wade et ses proches (voir le livre du journaliste A. Latif Coulibaly), résolus à faire main basse sur le Sénégal et à bâillonner la société politique et civile.

Considérant que le gouvernement de l’alternance a échoué dans la réalisation du plus élémentaire des principes énoncés,

Considérant qu’il est du devoir de tout sénégalais patriote et épris de justice et de liberté, de se révolter contre la tyrannie,

Nous, citoyens sénégalais, adhérents de Socialisme et République, patriotes de tous bors, uidés, par des valeurs républicaines, socialistes, démocratiques, de Liberté, d’Egalité et de Laïcité, proclamons la présente Déclaration des Droits de l’Homme sénégalais comme un idéal commun au service du seul objectif qui vaille : l'instauration de la sociale démocratie, le respect des droits et libertés républicains et la bonne gouvernance au Sénégal et en Afrique.

Le peuple sénégalais a le droit de choisir librement ses représentants.


[1] - Lire par exemple l’article de L’Express du 20/06/2002 "Les Conseillers en communication - Le dossier noir des sorciers blancs" - par Vincent Hugeux d’où il apparaît que Me Wade fréquentait bien avant son élection des membres des réseaux mafieux de la francafrique ; ou celui de Jean-François JULLIARD dans Le Canard enchaîné du 06/09/2000 ("Les Afro-profiteurs font leur marché noir en Afrique") où il apparaît que Marc Bousquet "propriétaire" de l’institut auteur du fameux sondage donnant Wade gagnant aux élections de 2007 fait partie des "afro profiteurs" et qu’il avait été reconnu auteur de sondages "bidonnés"

Ajouter un Commentaire


Lire ou Relire !

Un Ivoirien qui se prononce sur la situation au Sénégal, en tant que citoyen africain, est déclaré persona non grata.
Le Journaliste fondateur du "Témoin" Mamadou Oumar Ndiaye défend très mal Macky Sall lorsqu'il prétend qu'« à chaque fois qu'il...
Fossoyeurs de la républiqueBONNES FEUILLES - Wade, l’avocat et le diable de Souleymane Jules Diop, Ed. L’Harmattan, 230 pages : Me...

TWITTER

Newsletter

Inscrivez vous à nos actualités !
Vous recevrez un mail de confirmation

Réseaux sociaux

Nous analysons en direct l'actualité sur Facebook !