Socialisme République Sénégal

Le Temps de la République

Touche pas à ma constitution

PR BABACAR GUEYE, REDACTEUR DE LA CONSTITUTION SENEGALAISE DE 2001 : "Wade a épuisé ses mandats"

wade le_vieuxLe Pr Babacar Guèye, un des rédacteurs de la Constitution de 2001, rompt le silence en ce mois béni de ramadan pour édifier les Sénégalais sur les tenants et les aboutissants de la nouvelle loi fondamentale et sur la candidature de Me Wade. Son intime conviction est que Wade est disqualifié pour la Présidentielle de 2012.  

Manif du 23 juillet: Le M23 gagne le pari de la mobilisation

ImageLe Mouvement du 23 juin (M23), qui réunit des partis de l’opposition et des associations de la société civile a manifesté ce samedi 23 juillet à la place de l’Obélisque de Dakar. Une manifestation dont les revendications ont tourné autour de la renonciation d’Abdoulaye Wade à sa candidature annoncée à la présidentielle de 2012, du respect de la Constitution, du limogeage du ministre de l’Intérieur Ousmane Ngom, du ministre de la Justice Cheikh Tidiane Sy et de la démission de Karim Wade de toutes ses fonctions publiques.

Bourgi raconte : « Karim Wade a répondu à Sarkozy: Je voudrais un jour succéder à mon père

La francafrique ne passera pas au Sénégal
La francafrique ne passera pas au Sénégal
VERBATIM :Quand Bourgi raconte Karim - Robert Bourgi est une mine d’informations sur Karim Wade. S’il est connu pour entretenir des relations avec beaucoup de dirigeants africains auxquels il sert de sésame pour l’ Elysée, les photos dans son bureau indiquent que ses rapports avec le fils d’Abdoulaye Wade étaient allés très loin. Ainsi, avise-t-il, c’est lui qui a organisé les deux audiences que lui a accordées Nicolas Sarkozy. Pour la première ils étaient avec Claude Guéant. «Ce jour-là, lorsque le président Sarkozy lui a demandé quelles étaient ses ambitions, Karim Wade a répondu: Je voudrais un jour succéder à mon père». Après une profonde inspiration, le président français lui dit, selon ce qu’en raconte Bourgi: «Il faut choisir entre les affaires et la politique. Les deux ne vont pas ensemble »….

BOURGI : C'EST YOUSSOU NDOUR QUI M'A DEMANDÉ DE PARLER…WADE A AUSSI DEMANDÉ L’INTERVENTION MILITAIRE

Wade est-il un monstre ?
Wade est-il un monstre ?
BOURGI RÉVÉLE ENCORE: C’EST YOUSSOU NDOUR QUI M’A DEMANDÉ DE PARLER…WADE A AUSSI DEMANDÉ L’INTERVENTION MILITAIRE DE LA FRANCE…,
Il est connu comme une icône de la Françafrique, cette relation trouble entre la France et ses anciennes colonies. Conseiller officieux mais influent des chefs d’Etat français, mais aussi d’Afrique, il a jeté un pavé dans la mare d’Abdoulaye Wade , et surtout de son fils Karim avec lequel il entretenait des relations très poussées, en démentant..son démenti sur son appel à l’intervention des forces françaises. Il nous a reçu, dans son bureau parisien, pour dire ce qui a été sa motivation. Non sans nous faire des confidences détonantes.

Manifestation devant l'assemblée : Les députés français sensibilisés sur la situation du Sénégal

ImageAprès la manifestation contre le président Diouf en 1999, c'est la deuxième fois que des Sénégalais occupent, hier, les devants de l'Assemblée nationale française pour protester contre leur régime. Même s'ils n'étaient pas nombreux, les manifestants ont voulu faire dans la symbolique et attirer l'attention des députés français sur la situation sénégalaise qu'ils qualifient de ‘désastreuse’.

MEMORANDUM SUR LA SITUATION SENEGALAISE APRES LES MANIFESTATIONS DU 23 JUIN 2011

Y'a t-il un deal entre Wade et Sarko ?
Y'a t-il un deal entre Wade et Sarko ?
MEMORANDUM SUR LA SITUATION SENEGALAISE APRES LES MANIFESTATIONS DU 23 JUIN 2011 - Entre le Printemps Arabe et le cauchemar Ivoirien, y a-t-il une voie sénégalaise ?

Alors que les sénégalais viennent de lui signaler, avec fracas, leur opposition à son projet de dévolution monarchique, aux tripatouillages constitutionnels et sa candidature à l’élection présidentielle de 2012, Abdoulaye Wade, semble faire fi de la volonté populaire et se dirige vers une radicalisation qui présage de lendemains funestes pour le pays si rien n’est fait pour arrêter sa folle fuite en avant marqué du sceau des rumeurs alarmantes sur ses velléités de se procurer des armes pour mâter la contestation populaire et de recruter des mercenaires étrangers pour semer le trouble sans oublier un nouveau projet de loi pour museler les médias indépendants. C’est pourquoi nous en appellerons à la responsabilité des partenaires du Sénégal après avoir rappelé l’état des lieux du pays.

SAUVEGARDE DE LA REPUBLIQUE ET DE LA DEMOCRATIE - Les « Forces vives » lancent une sommation à Wade

ImageLe Mouvement des Forces vives, né de la journée du 23 juin, est décidé à poursuivre la mobilisation populaire et à intensifier la lutte contre le régime libéral. Après les manifestations ayant abouti au retrait du ticket présidentiel, cette coalition de partis politiques et d’organisations de la société civile a sommé hier, mardi 28 juin, le Chef de l’Etat à prendre en charge instamment sa plateforme pour sauver la République et la démocratie. A défaut, elle promet…l’enfer des manifestations de rue au Président Wade.

Abdoulaye Wade, le silence coupable

ImageAvoir du courant au Sénégal est de plus en plus difficile. Pourquoi le président ne réagit pas aux violentes manifestations ?
Dans quelle démocratie pourrions-nous voir un pays s'embraser littéralement, des milliers de personnes descendre dans la rue, manifester, exiger leurs droits, voir des émeutes éclater un peu partout, parfois avec violences, et le président rester non seulement sourd, mais également muet face à son peuple ?

Comment Wade a raté son «putsch» par Barka Ba

Ils peuvent toujours rêver
Ils peuvent toujours rêver !
A huit mois de la prochaine présidentielle, prévue en février 2012, Abdoulaye Wade a raté un dernier coup de poker avec une énième modification de la Constitution qui a conduit à de violentes émeutes à Dakar. Le président sénégalais croyait avoir l’aval de l’Elysée et de la Maison-Blanche. Une déplorable fin de règne.

C’est l’analyse la plus partagée par les commentateurs au Sénégal après les émeutes sans précédent qui ont contraint le président Wade à retirer, jeudi 23 juin, dans la précipitation et dans une confusion totale, son projet de loi portant sur un «ticket» à la prochaine présidentielle.

Au Sénégal, «Y'en a marre»

Y en a marre à la Manif du 23 juin
Y en a marre à la Manif du 23 juin
Y’en a marre! Inspiré d’une chanson de Tiken Jah Fakoly et un sentiment de ras-le-bol général, tel est le nom que s’est choisi un mouvement spontané de protestation au Sénégal. Le groupe est lancé fin février 2011 par trois trentenaires, deux rappeurs du groupe Keur Gui («la maison», en wolof) et un de leurs amis journaliste.

Bennoo siggil senegaal et la société civile mettent sur pied "Le Mouvement du 23 juin"

ImageNETTALI.NET - Après le succès obtenu par le peuple sénégalais, à la suite des manifestations de rue ayant entraîné le rejet du projet de loi que voulait adopter par l’Assemblée nationale, le président de la République, les partis d’opposition membres de Bennoo Siggil Senegaal (Bss) et les organisations de la société civile, entendent maintenir la pression sur le régime de Wade. Réunis, ce vendredi au domicile d’Amath Dansokho, ils ont mis en place le Mouvement du 23 juin.

 

Rien ne sera plus comme avant ! (par Soro Diop)

La révolution des cacahuètes
La révolution des cacahuètes
On n’a eu cesse de dire, dans nos colonnes, que Wade et son régime devraient se méfier et ne pas se méprendre de l’apparente apathie, de la prétendue amorphie du peuple sénégalais. Mais, pour dévaliser Paul Valéry, «ils ne savent pas ce qu’ils font !», emmurés qu’ils sont dans un autisme insoutenable et dans une cécité arrogante. Hier, ils sont descendus, à la faveur d’une humiliation historique, de leur piédestal, non pas sous l’effet d’une aumône démocratique offerte par le président de la République, mais par la réappropriation du peuple sénégalais de sa prérogative fondamentale : sa souveraineté inaliénable que Wade et son entourage ont voulu confisquer. C’est cela la vérité, la seule intangible vérité.

"Si Wade gagne en 2012, les Sénégalais descendront dans la rue pour le faire partir"

ImagePlusieurs milliers de Sénégalais ont manifesté, jeudi 23 juin, pour protester contre le projet de réforme constitutionnelle voulue par le présidentAbdoulaye Wade, obligeant ce dernier à reculer. A huit mois de l’élection présidentielle, Séverine Awenengo Dalberto, historienne au Centre d’études des mondes africains, décrypte "l’une des manifestations les plus importantes de ces dix dernières années" au Sénégal.

La révolution des cacahuètes

ImageLa rue sénégalaise a eu raison en quelques heures d’une réforme constitutionnelle perçue comme une «monarchisation» du pouvoir au profit du président Abdoulaye Wade et de son fils. La société civile sénégalaise a fait la preuve de sa maturité et montré la voie au reste du continent.

La «Peanut Revolution», révolution des cacahuètes, comme l’ont déjà surnommée certains commentateurs, a commencé à Dakar. En quelques heures, jeudi 23 juin 2011, la rue a fait plier le régime du président Abdoulaye Wade, 85 ans, au pouvoir depuis 2000. La paisible capitale dakaroise s’est transformée en véritable champ de bataille entre manifestants et forces de l’ordre. 

Sénégal : les émeutes à Dakar ont fait 102 blessés dont 13 policiers

ImageSelon des sources policières dakaroises, les violents affrontements de jeudi entre les forces de l’ordre et les manifestants opposés au projet de réforme constitutionnelle du président Wade ont fait 102 blessés dont 13 policiers.

Le jeudi 23 juin à Dakar, l’Assemblée nationale, composée à 88% de membres du parti présidentiel, examinait le projet de loi du président Abdoulaye Wade prévoyant d’abaisser de 50% à 25% la majorité requise pour être élu au premier tour du scrutin, et la création d’un poste de vice-président. Pendant que les députés discutaient dans l’hémicycle, les opposants à la réforme sont descendus dans les rues de la capitale pour manifester leur colère.

A PROPOS DU RETRAIT DU PROJET DE LOI CONSTITUTIONNELLE SUR LE « TICKET PRESIDENT + VICE PRESIDENT »

Wade ! Touche pas à ma constitution
Wade ! Touche pas à ma constitution
DECLARATION DU COMITE DE COORDINATION DES FORCES VIVES DE LA NATION « TOUCHE PAS A MA CONSTITUTION »

Le Comité a pris note du retrait du projet de loi en question, contre lequel  le peuple sénégalais s’est mobilisé avec courage et détermination, sur toute l’étendue du territoire et à l’étranger.

Le comité regrette qu’il ait fallu une journée de feu et de  sang, de souffrances et de violences pour que le Président Wade et son gouvernement ouvrent les yeux et voient la réalité.

Vidéo : La Diaspora dit non au projet de ticket présidentiel de Wade

ImageDes sénégalais membres de partis politiques, de la société civile et de mouvements apolitiques ont occupé le Consulat ce lundi 22 juin 2011 pour protester contre le projet de loi de dévolution monarchique maquillé sous un ticket Président/Vice Président à l'élection présidentielle.
Le Consul a ensuite autorisé la Police à pénétrer dans le Consulat pour déloger les manifestants dont certains seront conduits à la Police pour être mis en garde à vue suite à une plainte de Léopold Faye, le Consul, pour dégradation.

Lire ou Relire !

Après un ralentissement causé par les grandes vacances, le Comité France des Assises nationales a repris ses travaux de plus...
1-   LA VIE POLITIQUE AVANT ET APRES LA 2ème GUERRE MONDIALE L’année 1945 fermera la longue parenthèse qui a vu...
On ne devrait même pas traiter Wade de singe parce qu'un singe réfléchit avant d'agir et des singes raisonnables, il...

Articles similaires

TWITTER

Newsletter

Inscrivez vous à nos actualités !
Vous recevrez un mail de confirmation

Réseaux sociaux

Nous analysons en direct l'actualité sur Facebook !