Socialisme République Sénégal

Le Temps de la République

La "lessiveuse africaine" de BNP - Des sénégalais impliqués dans une vaste opération d'évasion financière et fiscale entre 2008 et 2011

biens mal acquis2Le coup n'est pas passé loin. Si la réforme bancaire avait été votée il y a 2 ans, BNP Paribas aurait été légèrement embarrassée au moment de dévoiler le détail des ses filiales étrangères. Deux d'entre elles sont particulièrement dans l’oeil du cyclone : celle de Monaco, comme l'avait déjà révélé Le Canard Enchaîné et Libération, mais aussi celle de Genève d'après les informations que Le HuffPost s'est procurées.

Les deux journaux avaient fait éclater début mai l'affaire dite de la “lessiveuse africaine”, dévoilant les contours d’un circuit de remises de chèques frauduleuses en Afrique. Ce que Le HuffPost a appris, c'est que Monaco n'agissait pas seule dans son coin. Selon une note que nous nous sommes procurée en exclusivité, la maison-mère était parfaitement au courant du système, tout en fermant les yeux.

Pendant au moins deux années, des flux illégaux ont circulé entre BNP Monaco et l’Afrique, au nez et à la barbe du fisc local. Et tout ça, d'après les documents, avec le feu vert de BNP Genève, centre névralgique de la gestion de fortune du groupe BNP Paribas. Petit retour en arrière.

Contribution : Surprenante décision de la Cour de la CEDEAO !

cedeaoLorsque, le 22 février 2013, nous avions appris que la Cour de Justice de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) avait jugé que « l’interdiction de sortie du Territoire national décidée à l’encontre des Requérants par le Procureur de la République et le Procureur spécial près la Cour de Répression de l’enrichissement illicite est illégale parce que ne reposant sur aucune base Juridique », nous n’étions pas loin de nous exclamer, à l’instar de la presse togolaise, dans une autre affaire récente, « Surprenante décision de la Cour de la CEDEAO » !

Mais pour qui se prend Abdou Latif Coulibaly ?

assises nationales senegalLatif Coulibaly est un arrogant prétentieux. Oui nous osons le dire !
Il n'est pas plus difficile d'écrire un ouvrage sur la base de documents communiqués par autrui que de battre le pavé des rues de Dakar lors des manifestations en risquant de se faire tabasser par les calots bleus de Wade.

Voilà quelqu'un (Latif) qui a défendu les conclusions des Assises nationales à travers le pays et à l'étranger qui ose venir nous dire aujourd'hui que "les assises nationales, ce n'est pas la loi." Justement nous avions fait les assises pour que cela devienne la loi dans la mesure du possible et dans le cadre de discussions comme d'ailleurs s'y était engagé en y adhérant son chef Macky Sall, sans aucune réserve du reste, contrairement à ce qu'ont prétendu ses partisans. N'est ce pas Latif au début de la Présidence de Macky Sall qui lui reprochait de ne pas appliquer les conclusions des assises en ne nommant pas un Ministre de l'Intérieur indépendant ? Il devait peut-être avoir une dent contre Mbaye Ndiaye... 
Nous considérons que de telles déclarations de la part de Latif constituent une insulte aux doyens Mbow et autres qui ont oeuvré pendant des années pour le succès des assises de mannière totalement désintéressée.

Documentaire : Bien mal acquis profite toujours, Enquête sur un pillage d’Etats

wade karim espoirsA lire sur le blog de l'express du journaliste Vincent Hugeux qui s'est distingué dans la lutte pour la transparence de l'information et des reportages sur les régimes africains et à voir sur le site de France 3 le documentaire vidéo que résume dans la suite de ce texte, le journaliste.

Un des interviewés du documentaire est le célèbre avocat membre de Transparency et de l'association Sherpa et spécialisé dans la lutte contre les biens mal acquis, Me William Bourdon, qui vient d'être recruté par l'Etat sénégalais qui a porté plainte contre des présumés détourneurs de deniers publics du régime de Wade.

 

FAUT- IL DESTITUER (JUGER) ABDOULAYE WADE ? Eléments de réponses

ImageFAUT- IL DESTITUER LE PRESIDENT ABDOULAYE WADE ? Eléments de réponses - Tel est le titre d'un article que nous avions publié en 2010 et qui mérite d'être remis à l'ordre du jour au vu de l'implication de Wade dans des affaires qui doivent lui valoir convocation devant les enquêteurs..

Rappel :

Celui qui ne peut pas gravir les marches d'un escalier ne peut gravir les marches de l'histoire – Une photo montrant Dadis Camara soutenant Abdoulaye Wade qui peine à gravir seul les marches d'un escalier illustre l'état dans lequel se trouve celui qui préside aux destinées de millions de sénégalais. Il faut le crier fort, Wade n'est plus en état de remplir les lourdes tâches requises par la fonction de Président. A la lumière des faits et du droit, des mécanismes existent pour envisager de mettre un terme au mandat de abdoulaye Wade.

Qui sont les Wadistes éternels ?

Nous ne voulions pas commenter l'interview d'Aida Ndiongue ex Maire des HLM sous le régime socialiste transhumante de la première heure et convertie au Wadisme lorsqu'elle affirmait le week end dernier qu'elle ne rejoindra jamais l'APR et affichait à la face des sénégalais son "amour éternel" pour Wade qu'elle comparait à un "Garmi" (les garmi constituaient la caste des aristocrates wolof dont étaient issus les rois et les grands dignitaires).

Nous avons été conforté dans notre théorie de toujours qui nous faisait dire que Wade avait en réalité "convaincu" ses "partisans éternels" par la force persuasive de l'argent lorsque Mme Ndiongue a avoué que Wade lui donnait en cadeau des sommes d'argent qu'elle n'aurait jamais imaginé recevoir en cadeaux. Mme Ndiongue nous a avoué à demi-mots que Wade puisait allégrement dans les fonds politiques quasi inépuisables pour créer de nouveaux milliardaires comme ce dernier l'a lui-même prétendu.

Aminata Niane, ex DG de l'APIX, nommée Conseillère spéciale avec rang de Ministre ou on prend les mêmes et on recommence !

Amina Niane, femme aux multiples casquettes et certainement bien réseautée

Aminata Niane, ex DG de l'APIX, et toujours PCA de AIBD SA, nommée Conseillère spéciale de Macky Sall avec rang de Ministre comme tous ces autres conseillers spéciaux... Qui l'eut crû de Macky Sall chantre de la rupture, de la gouvernance sobre et vertueuse !

On nous apprend maintenant qu'Aminata Niane serait partie de l'APIX avec une indemnité de "licenciement" de 90 millions.

Il y a d'ailleurs forcément double emploi suite à cette nomination parce que la Dame va faire auprès de Macky le même job qui est censé être effectué par son successeur nommé par Macky à la tête de l'APIX. Ce dernier au demeurant n'étant titulaire "que" de diplômes relatif au secteur des PME/PMI ; ceci explique peut-être cela. Mais alors de qui se moque-t-on ? Ce n'est pas vraiment la rupture qu'on nous avait promise car Amina Niane a été au cœur de tous les montages financiers scandaleux du "génie" Karim Wade pour tous les travaux autoroutiers et ceux de l'aéroport Blaise Diagne. Cette ex éminence grise de Wade au plan financier n'a manifesté aucun désaccord sur la gouvernance des Wade ; au contraire et qui ne dit mot consent.

Une nomination surprenante et incompréhensible du président de la République, celle d’Aminata Niane, mais pourquoi et à quelles fins? Par Mandiaye Gaye

Mandiaye Gaye

La nomination d’Aminata Niane comme conseillère spéciale avec rang de ministre, pour les grands travaux dit-on, a surpris plus d’un, et a été unanimement désapprouvée, même dans les propres rangs de l’ancien régime. Jusqu’à présent, aucune des décisions prises par le président Macky Sall, n’a été aussi contestable et injustifiable à tout point de vue. S’il est vrai, que c’est dans ses prérogatives en tant que président de la République de nommer qui il veut dans les fonctions, il devrait tout de même tenir compte de l‘opinion publique, surtout, quand celle-ci désapprouve sans équivoque, sa décision dans une très large mesure. Jamais, de mémoire de Sénégalais, dans notre jeune République, nomination n’a été tant désapprouvée, décriée et contestée presque unanimement.


S’il y a un point faible ou un point sur lequel le Président devrait revenir ou bien regarder deux fois avant de décider, c’est bien celui des nominations. On ne cesse de s’étonner ou d’être surpris par quelques nominations du président de la République, après chaque Conseil des ministres, tellement qu’elles sont parfois bizarres, inopportunes et inadéquates à tous égards. Et au-delà de leur caractère contradictoire ou en porte-à-faux avec la rupture prônée et proclamée par lui-même de rompre avec les pratiques très contestées de Me Wade. Voilà pourquoi certains ont été frappés de stupeur, en apprenant la nouvelle.

La conférence de presse de Wade, une "Piteuse diversion !" par Vieux SAVANE

Wade et son fils !

Assurément Me Abdoulaye Wade ne veut pas qu’on touche à ses enfants et à son épouse. A entendre l’ancien président de la République, ils n’auraient rien géré. Ils n’auront pas été en contact avec des sommes d’argent. Ce sont plutôt les autres qui étaient des ordonnateurs des dépenses. Prêts à balancer les enfants des autres, il se montre protecteur des siens. Lui qui a mis au cœur de l’Etat sa famille et plus particulièrement chanté les louanges d’un fils qui, à lui seul, contrairement à tous les autres,  avait la capacité de gérer quatre ministères.

Les crimes économiques à auditer

facebook

 

Suivez le Mouvement !

Lire ou Relire !

Sentant la fin proche, Karim Wade et ses semblables ne vont pas lésiner sur l'énorme butin de guerre qu'ils...
A propos de l'Audition de Pape Diop et de Farba Senghor, soupçonnés de biens mal acquis durant le régime de...
Je viens de terminer le document de 42 pages que Monsieur Karim Wade a remis au procureur spécial de la...

sénégal - Google Actualités

TWITTER

Newsletter

Inscrivez vous à nos actualités !
Vous recevrez un mail de confirmation

Réseaux sociaux

KA Facebook Fanbox 1.1

Nous analysons en direct l'actualité sur Facebook !