Socialisme République Sénégal

Le Temps de la République

HUMEURS

A propos de la pénurie d’eau à Dakar : l’Etat, la SDE, la SONES et « pauvres » de nous autres

Des populations assoiffées à la recherche du précieux liquideIl faut parfois aller au-delà des faits pour essayer de comprendre les raisons qui expliquent qu’une entreprise chargée d’assurer la fourniture de cet élément vital qu’est l’eau tarde à le faire depuis des jours sans que des mesures de représailles n’aient été jusque-là prises contre une entreprise qui se joue de la patience des sénégalais en leur faisant des promesses de retour à la normale qu’elle ne tient pas.

Pour ce faire, en essayant de savoir qui se cachait derrière la SDE nous avons pu lire sur le site internet de la société ce qui suit :

« Depuis le 23 avril 1996, la Sénégalaise Des Eaux, [précédemment filiale du groupe Bouygues – NDLR car elle n’est plus depuis 2008 la filiale de Bouygues], assure avec ses 1140 collaborateurs la production et la distribution d’eau dans les principales villes du pays, soit près de 5 millions d’habitants desservis. Elle est liée à l’Etat du Sénégal par un contrat d’affermage. L’Etat assure la tutelle du secteur par l’intermédiaire des ministères de l’Hydraulique et des Finances. La SONES (Société Nationale des Eaux du Sénégal) est chargée de la gestion du patrimoine et du contrôle de la qualité de l’exploitation et du service. »

Le même site institutionnel nous renseigne que les missions de la SDE consistent en :

-       L’exploitation et l’entretien de l’infrastructure et du matériel

-       Le renouvellement du matériel d’exploitation

-       Le renouvellement contractuel des réseaux de branchement, des compteurs et du matériel électromécanique

-       La facturation et l’encaissement de l’eau potable et de la redevance d’assainissement….

Il n y a donc pas de doute possible pour situer les responsabilités de l’Etat, de la SONES et de la SDE.

La SDE doit assurer le maintien et la réparation des infrastructures d’eau et par conséquent de la conduite endommagée et privant depuis près de 2 semaine la capitale sénégalaise en eau.

Pourquoi alors l’Etat sénégalais et la SONES n’ont pas mis plus tôt la SDE devant ses responsabilités ?

En réalité derrière la SDE se cache le groupe SAUR principal actionnaire de la société. Majoritairement détenue par Bouygues jusqu’à récemment, la SAUR qui est quand même l’une des 3 entreprises françaises (avec La Lyonnaise des Eaux et Veolia) qui détient le quasi-monopole de la distribution de l’eau dans les villes françaises, est passée dans le giron public français puisqu’elle est actuellement détenue à près de 40 % par le Fonds stratégique d'investissement, un fonds souverain créée par l’Etat français en 2008.

On peut donc aisément comprendre que derrière les gouttes des gesticulations verbales de Mimi Touré et consorts contre la SDE se cachent des torrents d’intérêts étatiques qui mettent en présence les intérêts du principal bailleur de fonds sénégalais qu’est la France.

Dossier donc délicat à plus d’un titre qui a sans doute poussé Macky Sall à écourter son séjour chez l’oncle Sam pour venir le suivre de près. Et si nous n’y prenons garde, aucune véritable sanction ne sera prise malgré que Mimi Touré ait brandi celle de la rupture de contrat.

Nous lui souhaitons à elle ainsi qu’à son gouvernement d’avoir quand même le courage de tirer toutes les conséquences de cette défaillance de la SDE, quelque soient les intérêts politiques en jeu car l’intérêt des populations devrait passer avant tous les autres… afin que pareille situation ne se reproduise plus.

Il est quand même anormal qu'aucune procédure de continuité de fourniture de ce service public, aucun plan de secours ou de backup pour parler comme les informaticiens , n'ait été prévu par la SDE autrement que par la mise à disposition de camions citernes en quantité largement insuffisante d'ailleurs.

Peut-être que le meilleur moyen de garantir l'indépendance en eau et énergétique serait de confier le service public de l'eau et de l'électricité à des régies qui permettraient à l'Etat d'assurer un suivi et un contrôle régulier de ces facteurs essentiels de vie et de production.

La privatisation à outrance n'est sans doute pas la solution s'agissant de services publics aussi essentiels.

MSR

Commentaires   

 
0 #2 MSR 08-10-2013 08:33
Tout à fait, vous avez raison "de passage" les liens capitalistiques ne sont pas à jour et nous n'avons pu juger indispensable de mettre à jour l'article sur ce point parce que quoi qu'il en soit la SDE est détenue par des puissances économiques étrangères.

SAUR comme FINAGESTION sont des entités économiques qui ne cherchent qu'à faire du profit, pas à assurer le bien être des populations. Et l'Etat français a son rôle à jouer vu sa promesse de veiller àce que la pièce défectueuse soit réparée...
Citer
 
 
0 #1 De passage 03-10-2013 07:49
Dur calvaire que subissent nos amis Sénégalais, je leur souhaite beaucoup de courage et espère qu'une solution soit vite mise en œuvre. Par contre les informations contenues dans votre article ne me semble pas exacte. La SDE est détenu par Finagestion et non par SAUR. SAUR a été la victime des financiers et a été dépossédé de plusieurs de ses contrats.
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Lire ou Relire !

Le Congres américain n'est pas tendre avec le régime de Wade. Certain de ses membres dénient le droit au Sénégal...
Un Ivoirien qui se prononce sur la situation au Sénégal, en tant que citoyen africain, est déclaré persona non grata.
Le journal gouvernemental "Le soleil" titrait ce mercredi 27 août : KARIM WADE REÇU PAR SARKOZY : Une centrale nucléaire...

Articles similaires

TWITTER

Newsletter

Inscrivez vous à nos actualités !
Vous recevrez un mail de confirmation

Réseaux sociaux

Nous analysons en direct l'actualité sur Facebook !